Eaux minérales oubliées d'Ile-de-France

Publié le par Julien Gonzalez

LES EAUX MINERALES OUBLIEES D'ILE-DE-FRANCE

JUVIZY (Essonne)

DSCN0587.JPG


PROVINS (Seine-et-Marne)

DSCN0753.JPG

DSCN0702.JPG

LIVRY-GARGAN (Seine-Saint-Denis)

DSCN0832.JPG
En 1878, Livry voulut concurrencer Enghien-les-Bains en exploitant la source de l’actuel lac de Sévigné. Le maire de Livry fit construire une station thermale appelée « Sévigné-les-eaux » (à l’angle de la rue Stalingrad et de l’allée Jeanne), ainsi que deux hospices, pour le traitement des maladies du larynx et de la poitrine. Mais les thermes n’eurent pas le succès escompté. En 1912, le Conseil municipal sollicita la reconnaissance de la commune comme « station hydrominérale ». Mais par décret, du 17 novembre 1912, l’Académie de médecine et le Conseil d’hygiène refusèrent, et la proposition fut rejetée par le Conseil d'Etat et le Gouvernement. Selon la rumeur, cette décision fut influencée par les dirigeants politiques d’Enghien-les-Bains. Aujourd'hui, le siège de la société d'exploitation des eaux sulfureuses (qui perdura de 1893 à 1912) abrite le siège de l'Inspection académique de la ville.


SAINT-LEU LA FORET (Val-d'Oise)



061152577928.jpeg


FORGES-LES-BAINS (Essonne)



Commenter cet article