Fin de l'embouteillage de l'eau minérale d'Arvie

Publié le par Julien Gonzalez

L'eau du Cézallier n'aurait donc pas intéressé les consommateurs ? ...



ARVIE est (était ?) une marque d'eau minérale appartenant au gigantesque groupe alimentaire Danone, dans la division Eaux. Sa source se situe aux pieds des Monts du Cézallier dans le canton d'Ardes sur Couze. C'est une eau naturellement gazeuse, commercialisée en bouteille de 1,25 cl. En 1994-1995, une usine d'embouteillage a été construite sur la commune d'Augnat (canton d'Ardes sur Couze) dans la plaine céréalière du Lembron.

Les eaux gazeuses contraires à l'enjeu de santé publique...



Avant toute chose, le marché de l'eau en bouteille connait en France un véritablement ralentissement depuis quelques années. Pour preuve, cet été la majorité des usines d'embouteillage en France ont du tourner au ralentie. De plus, nous vivons "l'ère" de la mode du tout "développement durable" qui certainement a un réel impact sur cette économie là. Effectivement, la campagne de promotion de l'eau du robinet (qui s'améliore d'années en années) et la lutte contre le plastique (mode de commercialisation de l'eau en bouteille) sont des facteurs qui nuisent au marché de l'eau en bouteille. Enfin, pour ARVIE s'ajoute également un enjeu de santé publique. En effet, il s'agit d'une eau minéralisée très riche en sel.

Arvie et le Cézallier ...



Emploi :
Au plus fort de son activité, le site comptait vingt salariés avec une production en 2000 de 65 millions de litres. Ces derniers temps les "quelques" 8 millions de litres produits n'occupaient que 8 personnes à temps partiel...

Les collectivités territoriales :
L'arrêt de l'usine aura des répercussions en terme de taxes professionnelles, mais également les collectivités locales touchaient une somme d'argent selon le volume produit chaque année... Quel sera l'impact financier sur les différents budgets, tout en sachant que l'usine fonctionnait au ralentie déjà ?

Promotion du territoire :
Certainement un gros échec. En effet, au de la du secteur d'Issoire (et encore...), qui avait une vague idée qu'au sein du canton d'Ardes sur Couze existait une belle usine d'embouteillage ? On se souvient de "Zizou" grimpant la chaîne des Puys pour la promotion de l'eau "Mont-Dore". Malheureusement dans les publicités pour l'eau d'Arvie, le Massif du Cézallier n'a pas été mis en valeur. Péniblement, on pouvait voir sur les étiquettes des bouteilles, la mention "Cézallier". Autre comparaison, la commune de Laqueuille (63) a su saisir l'occasion de faire parler d'elle en donnant à son eau la marque "les eaux de Laqueuille".

Reclassement du site ?
Avant toute chose, je ne connais pas les termes du contrat liant les collectivités locales et le groupe Danone. Plusieurs solutions existent. Soit un industriel (un peu fou...) reprend les droits d'exploitation et la marque commerciale. Soit reconversion totale du site afin d'assurer la poursuite d'une autre activité (le futur centre de distribution de La Poste du secteur d'Issoire ?). Enfin, on enlève tout et on fait pousser du maïs à la place
.

Quelques photos "souvenirs" :

La bouteille



Une des étiquettes avec la mention "source du Cézallier"



Petit parcours situé sur la gauche (lorsqu'on vient d'Ardes) avant le village de Barrège (Augnat) avec la possibilité de toucher l'eau tiède chargée en dioxyde de carbone.









L'usine d'embouteillage (for sell...)





Et pourquoi ne pas exploiter l'eau non gazeuse des Monts du Cézallier ? En effet, à l'aide de divers captages, les habitants du bassin de Brioude (Haute-Loire) disposent au robinet de l'eau du Cézallier.

Captages situés à proximité de la piste du Cézallier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

papulefer 25/12/2009 17:21


la source d'arvie a été reprise par une entreprise belge qui doit remettre les chaines d'embouteillage en marche début 2010


sans 17/12/2009 11:35


"for sell" ? For sale !